• Juillet - Eté 2013

    REGION DU HAUT DOURO.

    88887425_p.jpg


    Pinhao – Tout le monde MONTE ou tout le monde DESCEND !!!

    Tu feras comme tu le sens.

    Soit tu entames la balade sur le Douro depuis Porto et tu remontes tout le fleuve. Sois  tu finiras le voyage à Porto en commençant à Pinhao ou bien plus haut, poils au dos.
    Dans un sens comme dans l’autre les paysages sont splendides. 

    Si tu n’aimes ni le train, ni le bateau, tu feras la balade par la route, à pied, à cheval en vélo ou en moto et tu tomberas en pamoison devant la région du Douro et n’abuse pas du Porto c’est traitre ce vin ! 

    river.jpg.png
    OPORTO = Ville de Porto.



    Nous avons fait deux balades dans le coin à quelques jours d’intervalle. Et sérieusement tout est beau. Chaque balade est unique que ce soit en voiture ou en bateau.  Le mieux est d’entreprendre les deux moyens de locomotion. Mais il est évident que si tu veux découvrir l’intérieur de la vallée la voiture est le meilleur moyen.

    La deuxième journée je te raconterai plus tard, nous allions plus vers le Nord en limite d’Espagne vers Mirandela et Bragança. Alors là-haut tu cuis littéralement. Tu frôles les 50°C à l’ombre. C’est une région où seuls les oliviers résistent. 

    Il faut mettre à l’abri et à l’ombre les petits vieux et pas QU’EUX ,c’est bibi qui te le dis. 

    La voiture reste donc le moyen de transport « idéal » pour voyager dans les terres et visiter les « Quintas » , les vignes, les champs d’oliviers et les amandiers en fleurs (en saison au printemps). Les Quintas se transforment désormais en gîtes ou chambres d’hôtes pour accueil les touristes et leur faire partager leur amour de la vigne et du bon vin de Porto ; les paysages sont magnifiques.

    Toi, Le touriste, tu trouveras sur ton chemin des champs entiers de vignes, d’amandiers, d’oliviers et de vergers qui sillonnent la vallée du Douro et l’arrière-pays.
    Prends le temps de t’arrêter. Ca en vaut le détour.

    Foi de TiteZa ! 

    Je te donne un petit conseil bien avisé. Viens visiter la région en Mars-Avril-Mai quand les amandiers sont en fleurs et que les températures sont humaines. 




     Mesao-Frio-20130706-01538.jpg

    C’est ainsi que le premier jour de nos vacances, le samedi 06 of july, dans une fournaise pas possible, nous sommes partis en famille visiter le village natal maternel en plein coeur de la région du haut Douro.
    Nous sommes allés non loin de Villa Nova de Foz Coa plus précisément à FREIXO de NUMAO pays du papa de ma belle-mère et de ses frères et soeurs quand ils étaient petitous.

    C’est un villa perché dans les montagnes. Dans le fin fond de la vallée coule le Douro. 
    edb085d4-9885-46f3-b720-93ac165c7e90.jpg

    Regarde sur la carte tu comprendras un peu mieux. 

    region.jpg

    Nous sommes partis avec sa tata et tonton, not’ Mamie TT la Punaise et notre petite oursonne.

    On se devait de remplir nos stocks vides. 

    Là-bas, dans la montagne, on se doit de faire le plein de vin de Porto, d’huile d’olive, de fromages de montagne et de CHALEUR. 

    C’est comme un pèlerinage vois-tu … J’en connais qui y montent trois à cinq fois dans l’année …

    La vache !

    D’ailleurs, je n’en ai pas vu. 

    DES vaches. 

    Là haut dans les prairies au milieu des oliviers, amandiers et autres arbres fruitiers paissent des brebis, des chèvres MAIS les vaches font la sieste au frais (pas folles ces dernières).

    Comme les vieux.

    Comme les vieilles.

    Hu hu !

    Là haut les habitants ne sont pas FOUS, l’après-midi, les autochtones roupillent à la fraîche cachés dans leurs belles maisons de pierres. 

    Ils ne sont pas fous comme nous.

    Il faut vraiment être tapés ou nés là-bas pour jouer les touristes et traverser les contrés sous 47°C.

    Vila-Nova-de-Foz-Coa-20130706-01541.jpgVila-Nova-de-Foz-Coa-20130706-01543.jpg

    Vila-Nova-de-Foz-Coa-20130706-01544.jpg

    On grimpe. Nous  nous  baladons dans les ruelles, nous admirons et nous écoutons les récits de Mamie TT. 

    ‘TENTION, ça en raconte des souvenirs. 

    C’est super émouvant et instructif. 




    Vila-Nova-de-Foz-Coa-20130706-01546.jpg
    La maison des cousins brésiliens. 

    Il y en a qui sont intelligents. Ces derniers se sont barrés au soleil et au pays des sourires, des danses endiablées, des carnavals et des cucus tout bronzés.

    TOUTOUTOUTOUTOU !!!!

    Mon rêve, notre rêve et surtout celui de la grande Panda d’ailleurs !


    Vila-Nova-de-Foz-Coa-20130706-01539.jpg Ici une petite fontaine. J’ai été surprise car de loin je pensais y trouver les commodités. 

    Je me suis retenue. 

    Je me suis même assise dessus …

    Sur mon envie. 

    Ici, une petite fontaine en granit. Pierre locale du pays.

    TOU TOUTT OUUUUUUTOUTOUTUU le Brésil, l’eau fraîche ….

    Donc, reprenons nos esprits les gens, et ne nous éparpillons point.  Nous sommes à FREIXO do NUMAO.

    Laisse tomber, tu es perdu cher lecteur.

    C’est où ce bled ?


    Je vais m’empresser de te trouver une carte pour nous resituer. Même nous, nous avions quelques soucis de géolocalisation.

    Le GPS ayant cuit ou gelé par la clim … personne ne saura le dire. 

    EUh … nous n’en avions pas. 

    IMG-20130706-01550.jpg

    Donc je te présente en photos notre balade à Freixo do Numao, village natal de MamieTT ou Tété dite la punaise (ma nièce la surnommait ainsi …) et ici et en  présence de son petit frère et de sa petite femme. 

    ADORABLES.

    Nous y sommes arrivés en fin de matinée après avoir quelques heures de route.

    SINUEUSE et vertigineuse.

    IMG-20130706-01552.jpg

    J’ai du parfois me cacher pour ne pas vaciller et tomber dans la torpeur des ravins ….

    Les paysages ?

    DES OLIVIERS, DES AMANDIERS, DES OLIVIERS, DES AMANDIERS,  QUELQUES VIGNES ET HOP DES AMANDIERS DES OLIVIERS.

    DES VIRAGES.

    ET THE BLED !

    Arrêt final, enfin momentané parce qu’il faut bien se restaurer, faire des courses et trouver un lieu pour s’alléger, se rafraichir (dur dur) et autre si possible !

    Allez quelques photos pour te montrer ce petit village que j’ai bien aimé.

    Vila-Nova-de-Foz-Coa-20130706-01545.jpg 


     Ce jour-là, samedi matin, un petit marché s’était installé dans l’artère principal. 

    Nous  ? Nous cherchions les commodités mais surtout l’ombre.

    A 10 h 00 précises, il faisait déjà 38°C.

    Ca te calme direct.

    IMG-20130706-01558.jpg

    Le kéké du village.
    ,
     IMG-20130706-01547.jpgIMG-20130706-01548.jpg
    La porte date de l’année de naissance de ma maman dites donc. 

    Ma belle-mère est beaucoup plus jeune puisque tu t’en souviens nous avions fêté ses 70 balais. 

    MOUAHHH !

    DSC00561.jpg

    Alors poursuivons, notre petite balade dans le village qui ma foi est très mignon. 

    Alors autant en été tu cuis, autant en hiver tu te les gèles, surtout quand le vent s’engouffre dans les rues. 

    Foi de portugais. 

    IMG-20130706-01549.jpg

    C’est un petit village mais il est mondialement connu. Des fouilles archéologiques ont mis à nu des ruines romaines. 

    Tu peux aller visiter le musée et les sites archéologiques

    Moi j’ai préféré visiter le marché à la recherche de maillots de bains. 

    Ah ben on fait ce que l’on peut à cette altitude. 

    Je te rappelle que nous sommes perchés à plus de 1000 mètres.

    IMG-20130706-01553.jpg

    HAHAHA t’as le tutu qui te gratte ??? 



    IMG-20130706-01555.jpg

    C’est la maison de la grand-mère, de la tata de mamie TT … j’sais plus. 

    On s’en fiche, passons !

    IMG-20130706-01556.jpg 
    Nous recherchons la maison d’enfance.

    IMG-20130706-01559.jpgLe musée de Freixo, musée de la Casa Grande et du centre historique du vieux village.

    IMG-20130706-01560.jpgIMG-20130706-01561.jpg
    Joli le blason du village. J’imagine que la couronne date de l’époque où le Portugal avait encore une monarchie à la tête du royaume. A l’époque le Portugal était RICHE et avait une très belle armada au XVème siècle. Ca et les vignes et les olives, les amandes et hop hop !!!

    IMG-20130706-01559-copie-1.jpg

    Le village culmine à env. 1040 m d’altitude. 
    Pour redescendre toutes les denrées, il faut charger les bateaux amarrés en contre-bas. Les gens chargent les tonneaux et les denrées et redescendent le tout sur Porto.

    Quelques petites heures par voie fluviale ou terrestre.

    C’est que le commerce va bon train.

    Le Porto enfin  le « Vin de Porto » blanc ou rouge voyage dans le monde entier. 

    Lamego-20130706-01535.jpg 

    Et on redescend. 

    Lamego-20130706-01536.jpg 

    Suite au prochain virage post.  


    Je charge les autres photos de ma clef USB et je te fais une part. TWO de la visite du village de Freixo do Numao.

    Ne quittez pas, conservez por favor, votre correspondant reste en ligne.

    TOUTOUTOUTOUOU 

    Je te mets ici la carte où Mamie TT a trouvé son mari, donc mon feu beau-papa. Mon beau papa vivait jadis à Lousado. Regarde le chemin qu’elle faisait pour aller voir son amoureux.

    mapa3024.gif 

    Papy habitait à Lousado. C’est ici que réside depuis plus de soixante berges la famille.

    Elle était amoureuse.

    Faut que je te trouve une carte retraçant l’itinéraire de Porto à Freixo de Numao.

    Bon je te rassure son père les a tous emmené à Porto car il était muté pour son travail. MAIS quand même j’ai halluciné.

    Lousado – Porto trop facile de nos jours en TER, vingt minutes.

    Tu savais qu’à Porto, ils avaient le Metropolitano ??? Sorte de Métro-RER … Très pratique. Du coup si tu viens chez mamie, hop hop tu prends le Métropomachin chose et hop tu peux aller où tu veux, BRAGA, GUIMARAES, PORTO … Trop cool pour les jeunes et les travailleurs. 

    Lousado – PORTO changement de train – On remonte à la station Porto Campanha trouc machin et on roule deux heures dans un wagon climatisé et glacé vers la région du haut Doura en train … c’est déjà beaucoup plus rigolo.  

    Tiens quand nous avons fait notre expédition la seconde fois en bateau sur le Douro, nous avons pris le train de 6h 50 ou 7h00 à Lousado pour Porto. Et au retour, le soir après notre excursion de la journée, éreintés, explosés, gonflés, exténués, affamés, nous avons sous un cagnard repris le train.

    Nous sommes montés à Pinhao (photo du haut) où nous débarque le bateau pour prendre le train (deux wagons MOUAH ) à 18H15 et nous sommes arrivés à Porto Campanha à 20 h et des brouettes.
    Puis nous sommes descendus et avons changé de train (c’est rigolo) pour arriver à Lousado (ouais les jeunes,  on a une gare dans le bled hihi) à 20H 20 TOUS les quatre, mamie TT, mon FéFé et ma fille hypra cuits. 
    Je ne te dis pas la santé de fer de mamie TT, on est allés chercher deux pizzas et nous étions repus et bien fatigués mais de belles images trottaient dans ma tête. 

    Bref toutes ces balades, si vous visitez le nord du Portugal sont à faire. Le mieux je pense c’est le Camping car ou la voiture. On peut dès lors de balader comme on le sent.

    La prochaine fois, je te montrerai notre excursion sur le Douro en bateau ….

    Ca valait son pesant d’or mon senhor ! 

    Huile de contrebande du pays de Mamie TT … voilà, je t’ai dévoilé notre secret de famille. 

    PAS TOUCHE !
     
    IMG-20130723-01562.jpg 

    Personnellement on me la livre en bidon de 5 litres. Attends, cher lecteur de mon cœur,  nous ne sommes pas de petits joueurs à la maison.

    Je crois que je suis celle qui en consomme le plus de toute la famille et pourtant j’ai une maman nantaise qui cuisinait au beurre salé. Mais j’adore cuisiner à l’huile d’olive et c’est beaucoup plus sain. 

  • Juillet - Eté 2013

    Tatoue-moi, tatoue-toi, tatoue-nous !

    … Affinités, il n’y aura point !

    Enfin … si !

    Je refile le nom et l’adresse à tous ceux qui voudront connaître la sensation de planer. 

    Pendant les vacances au Portugal, j’ai eu une pulsion.

    Et pas qu’une, mais celle-là vaut son pesant d’or. 

    Et comme toute pulsion, enfin comme toutes « mes pulsions », l’acte est très dangerous mais reste jouissif.

    Cependant, il est acerbe, acide voir tranchant.

    (C’est le cas de le dire.)

    Je marche souvent comme ça à la pulsion de mon cœur.

    Je suis ainsi faite.

    Dès lors que j’ai une envie subite, une pulsion, il faut que je me la réalise de suite.

    Vite faite et bien faite de préférence.

    …. avant que je prenne mes jambes à mon cou et/ou m’enfuis courant et/ou refus catégorique – barrer les mentions inutiles –  
     Ici et présentement dans le cabinet du monsieur, si j’avais pu me sauver ou revenir sur ma décision, je me serai barrée en courant ….

    MAIS JE SUIS UNE ADULTE QUI ASSUME  .

    M’enfin, j’ai assumé comme j’ai pu.

    J’ai grandement serré du cucu. 

    MAIS ??? MAIS ???

    – Vous avez fait quoi ???? Me poseriez-vous comme question.

    IMG-20130724-01578.jpg

    Nous nous sommes faits tatouer ! 

    Alors comme dirait ma belle-mère mamie TT dite la punaise (tu vas vite comprendre pourquoi sa première petite fille l’appelait ainsi) qui était présente et s’est empressée de se foutre de nous et surtout de notre souffrance (surtout la mienne).

    – Ah que j’suis contente, c’est bien fait ! Dixit la Punaise à haute voix et gorge grandement déployée 

    – Mais ma parole vous êtes vraiment méchante ! (rétorquais-je). 
    C’est Petit. C’était petit de me faire cela. 

    J’alternais des froncements de sourcils, serrages de dents et sourire et cris de douleurs. 

    Entendez par ses mots à belle-mum, qu’il faut être tous les trois sacrément sonnés et tarés pour subir de telles souffrances et scarifications sur notre corps. (Je lui donne entièrement raison pour une fois).

    Sa petite fille lui a même demandé de se faire tatouer sur la fesse gauche( par vengeance et pour protéger sa mamounette hihi) et moi je voulais qu’elle face mon visage sur la fesse droite.

    Elle a dit qu’elle le ferait. 😉

    Mon …c.. ùù`^*£ OUAISSSSSSS !!! 

    Le tatoueur a dit qu’il avait récemment tatoué une femme de son âge. ALORS tu vois Mamie, il n’y a plus qu’à !

    C’est dingue de se foutre des autres de la sorte.

    Le tatoueur en pleurait de rire. 

    Quelle famille ! 

    Il n’avait jamais vu enfin entendu autant de bêtises et rit énormément avec nous. 

    Mamie : – Ah mon grand, chez nous c’est de l’amour. dit Mamie TT. 

    – Je vois cela, dit-il l’air amusé, mais quand même choqué par les propos si directs de belle-mum. 

    Bon il faut la connaître, elle est parois sans filtre la mamie MAIS elle nous AIME. 

    Nous ? Avec Maëva, on adore la l’embêter. 

    ELLE aussi.

    …. 

    ….

    un ange passa …

    puis deux ….

    Il faut surtout comprendre notre humour qui selon les personnes est parfois un peu obscur si tu suis mon regard. 

    La Tété la Punaise a quand même avoué que je ne faisais pas dans la dentelle. Quand j’y vais, ce n’est pas pour rien. 

    Autant souffrir pour une bonne cause. 

    Je vois les choses en grand MOI Madame. (J’avais envie de pleurer, je te jure mais je suis une grande fille et j’ai serré des dents pendant toute la séance. Je me suis mise en hypnose. mode sieste. J’entends tout mais je suis ailleurs sur une île …. les palmiers …). 

    IMG-20130724-01575.jpg

    J’aurai su, je ne serai pas venue ..!!! 

    Bon désormais, tu sais, cher lecteur de mon cœur, que je suis une grande malade enfin pardon, que NOUS sommes des grands malades mais aussi de très grands joueurs.

    Jusqu’à ce fameux jour. 

    La vache, on a ramassé. 

    Nous avons été MOMENTANEMENT débranchés de nos cervelles et de nos corps. 

    Trois anges passèrent et j’ai joué avec pendant une heure. Les autres ont joué moins longtemps. Petits joueurs va. Mais ils ont bien morflé aussi. 

    MOUAHHH 

    DONC reprenons, je voyais que tout le monde se faisait tatouer.

    Attends, je ne comprends toujours pas, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, pourquoi les gens se font des tatous grands et larges comme des armoires sur tout le corps. 

    IL Y A QUAND MEME DE GRANDS non TRES GRANDS MALADES sur Terre.

    TRUC DE DINGUE !!

    Et donc je me suis dit, bon, ça doit titiller un choya mais si les autres le font pourquoi pas moi ?

    T’AS RAISON ma BRENDA !

    La pute de hyène en string* pliée en deux de rire m’a eue.

    J’ai joui mais alors PAS du TOUT dans le bon sens.

    Je m’en vais te raconter la petite séance.

    Tu vas pouvoir te foutre TOI aussi cher lecteur comme Mamie de not’goule !

    La petite à savoir ma cadette avait envie d’une coccinelle.

    J’avais envie d’un tatou joli et féminin à la cheville avec les dates de naissance de mes filles.

    Mon Fé avait envie des dates de naissance de nos filles sur le tibia.

    La cousine nous recommande un tatoueur professionnel et HYPRA doué et avec un salon tout hygiénique et tout le toutim.

    Ma fille ainée en avait fait un mais dans un salon dans le trou du fond de Porto où je ne sais zoù mais un peu trop loin aux goûts de Mamie …. NA NA NEREUHHH recommandé par une aut’cousine.

    Bref on s’en fiche.

    Nous, le nôtre était dans la ville voisine.

    Le monsieur, jeune tatoueur super professionnel et grand artiste, hyper sympa et qui allait devenir ces jours-ci un tout nouveau jeune « Papa » et cela  pour la première fois.

    Nous avions rendez-vous le lundi, veille de l’accouchement de sa petite femme. 

    MOI AUSSI C’ETAIT MA PREMIERE FOIS !

    Mon premier tatouage.

    Il prend uniquement sur rendez-vous le matin.

    On a serré des fesses pour que sa petite femme n’accouche pas ce jour-là.

    Ce qu’elle fit en bonne future maman.

    C’est bien ça !

    D’ailleurs, il faudra qu’il nous raconte tout cela l’prochain coup … 

    Nous les avons félicité.

    Je crois qu’il attendait avec impatience, des étoiles plein dans ses noeils.

    Bien. Le rendez-vous était pris pour le lundi matin à 10 heures tapantes.

    C’est nous qui allions serrer des fesses. 

    Le lundi soir nous repartions vers la France.

    Nous avions le temps de cicatriser

    Nos cœurs.

    Nos fesses serrées.

    Nos ongles rentrés dans la chair ferme et tendre.

    Les litres d’huiles enfin d’eau que nous avions transpiré tant nous stressions.

    Je parle à la première personne du pluriel, OUI m’dames et m’ssieurs, car TOUS LES TROIS nous avons serré grandement du tutu.

    Nous arrivions pour 10 heures.

    J’avais le pouls qui pulsait enfin le cœur à haute vitesse.

    LA VACHE !

    Un instant j’ai cru que mon cœur allait s’arrêter.

    JE stressais tellement que j’ai failli entamer un moonwalk dans la galerie du centre commercial ou sise le cabinet de tatou du si gentil monsieur.

    Je suis allée aux WC à l’étage inférieur trois fois.

    Je n’étais pas la seule.

    Je passais la première.

    La chose à TOUJOURS faire si tu ne veux pas tout abandonner par lâcheté. HAHA

    Je choisissais le dessin avec le monsieur, les deux dates et je rajoutais en prime pour la frime et pour faire des rîmes, pour faire joli un petit papillon.

    Je m’allonge.

    Pouls 190. Redescendant à 60 (j’ai un coeur d’athlète sisi !) et hop remontant à 222 tout au long de la séance sauf les 20 minutes où je me suis perdue à causer avec les anges et la pute de hyène en string se tapant sur les cuisses voir à certains moments émue par mon courage 

    Le gentil tatoueur me parle évidemment en portugais.

    T’inquiète mon grand,  je maîtrise.

    Je plie ma jambe droite …. pose mon pied sur la table.

    Je te prie de croire que mes orteils étaient ancrés dans le papier et le cuir de son lit de travail. 

    Je ferme mes yeux, je replie mes bras au-dessus de ma tête comme si je prenais un bain de soleil sur la plage et m’évade afin de me concentrer dans ma respiration lente et profonde. 

    Et là, le coquinou entame les hostilités.

    Déjà, tu entends la machine enfin le pistolet avec la petite aiguille toute stérile qui vrombit dans la fraicheur de la climatisation.

    Tu ne fais plus attention aux trois aut’gugusses qui se marrent et savourent de plaisir à me voir serrer des dents et enfoncer mes ongles dans les oreillers recouverts de plastique (hygiène, hygiène)  et admirer MA tronche et ma raideur dues à mon grand stress.

    Il faut que tu saches qu’il y a deux endroits pour les tatouages qui font horriblement mal et très très très mal voir le plus mal : le dessus des mains et des pieds.

    Le monsieur me demande de lever la main et de dire STOP si j’ai mal.

    Tout l’monde est prêt ??

    – Je commence, dit-il.

    Moi dans mon intérieur mais profond, tu vois au bout du bout de ma fin : – Je suis prête. Même Pô mal, même pas mal, même pas mal même pas mal, même pas mal ,même pas mal même pas mal, pas mal ,même  pas mal, même pas mal !!!

    STOP STOP STOP AIEUHHHHHHH !!!!!!!!!
    … au bout de la première boucle tatouée sur ma peau.

    En regardant de plus près,  j’ai quand même une grosse veine à peine saillante non loin de là. Je dis ça … Je ne dis rien !

    LA PUTE DE HYENE DE LA DOULEUR DE SON STRING que ça fait mal.

    J’ai cru un instant qu’un énorme tigre du Bengal me lacérait le pied ….

    Et que le félin faisait mumuse  avec mon pied et ma cheville pendant une heure me baladant sur ma peau un flambeau tout brûlant (ou des griffes bien aiguisées).

    Ca me brûlait, il me coupait, me lacérait (sans grogner.)

    Le monsieur était concentré et dessinait avec dextérité sur mon corps.

    Un dieu de l’aiguille.

    Du grand ART !

    Moi je jouissais en me taisant (pour une fois).

    Ah non,  j’ai dit stop deux fois.

    Attends, j’étais limite en train de tourner de l’œil.

    Bon à vouloir plutôt lui sauter à la gorge et lui trancher avec.

    Puis bizarrement à d’autres endroits, ça me faisait rire (une fois  et une seule quand il a du passer près de l’os de la malléole)  puis deux millimètres après je ne sentais quasi plus rien anesthésiée par la douleur et hop ça devenait insupportable lors des remplissages.

    Au bout d’un certain temps, on s’y fait.

    OU PAS !

    Mes pauvres petits pieds et chevilles gonflés par deux semaines de chaleur.

    Qui plus est, il faut prendre en compte aussi et EVIDEMMENT mon trouillomètre réfugié au plus haut.

    J’ai subitement versé dans un sommeil paradoxale et parallèle.

    J’inspirais doucement et respirais par tous les bouts du corps. 

    J’étais tellement concentrée pour oublier et maîtriser cette put’de chacal de douleur que j’ai du m’endormir pendant un quart d’heure voir plus de vingt minutes.

    Ils étaient morts de rire et chuchotaient avec tous derrière mon dos. 

    Mais je les entendais.

    – CHUTTTTT JE ME CONCENTRE, dis-je ! M’en fiche vous allez y passer, et MOI aussi je me raillerai. TOC !

    Bon le tatouage était fini. 

    J’ai sauté de la table. Il m’a désinfecté, crémé et je me suis sauvée en vitesse aux wawas. (commodités) 

    Le pire dans le tatouage, ce sont les premiers millimètres de peau tatoués mais surtout le remplissage avec de la couleur.

    T’as vu c’est joli le rose et violet ?? 

    Et bien, moi qui avais dans l’idée de me faire un joli petit diablotin ou un autre joli papillon dans le bas de la nuque …

    OUBLIEZ ! OUBLIONS ! 

    ….

    – C’est ton tour mon chéri, allez, courage ça chatouille, comme tu dis !

    Il a serré des dents, ne se souvenant plus de la douleur cat il y a plus de 26 ans, monsieur s’en était fait un à la cheville. 

    Tiens, prends cela !

    IMG-20130724-01581.jpg

    Quant à la petite, ma pauvre coccinelle d’amour a été une grande fille bien courageuse. 

    Elle a mouillé le papier tissé sur le lit de stress, mais elle a relevé son propre défi. 

    Elle n’a pas voulu poursuivre pour le remplissage de sa coccinelle mais aura le temps plus tard de le faire. Elle s’est faite tatouer sur les côtes à gauche la date de naissance de sa grande sœur suivie d’une jolie petite coccinelle … 

    Je n’ai pas mis la photo car son tatouage est secrètement caché sur une partie de son corps.

    Trop fière de ma progéniture. 

    En revanche, je suis beaucoup moins fière de moi-même mais bon le mien est trois fois plus grand et …

    Je devais me faire un piercing au nombril …. 
    NO WAY ! 

    Bon ben le monsieur a gagné sa matinée, il nous prodigua de bons conseils pour la cicatrisation. 

    Vous mettrez  de la vaseline abondamment sur le tatouage  pour faire glisser l’eau de la douche ou de la mer, si tu te laves ou tu vas baigner ton corps  et en plus de l’écran total indice soixante douze pour le soleil.

    Bépanthène crème, tu appliqueras trois fois par jour pour la cicatrisation.

    ET c’est emballé et pesé. 

    Au jour, d’aujourd’hui, cher lecteur, c’est cicatrisé.

    En quinze jours, on en parle plus.

    Sauf pendant la cicatrisation où cela te gratte  et tu perds un peu d’encre.

    Mais il est strictement interdit de gratter.

    Et c’est ainsi que j’allais acheter des tubes de vaseline et de Bépanthène à la pharmacie par deux ou par trois.  

    Et non couillonne, ce n’est pas pour m’hydrater le tutu, bécasse va !

    Nanou a gagné au jeu de la petite devinette ici

    Elle est priée de venir récupérer son cadeau à la maison. 

    N’empêche qu’il y a de grands malades pour se faire tatouer le corps entier. 

    Le pire ? 

    Me faire tatouer les plantes de pieds …. (je ne sais pas si cela se fait mais vaut mieux pas pour la vie du tatoueur …).

    Tu sais qu’en France, il paraît que le tatouage du dessus des mains et des pieds ne se fait pas. 

    Je me demande pourquoi ? 

    MOUAHHHHH la put’de hyène en string a du bien se marrer quand je me faisais le mien. 

    Counasse va !

    Bon ben depuis nous nous en sommes remis et bien remis.

    Allez, chiche,  on se donne rendez-vous dans … 

    Non laisse tomber !

    Des petites photos pour me faire pardonner de vous avoir fait tant patienter avec mes longues paroles et grand discours. Désolée !

    La Bizouille,

    IMG-20130724-01576.jpg

    Cachée la Tite Za avec une serviette bleue comme le ciel , non parce que mon papillon n’aime pas le soleil Bretonneux.

    Au Portugal, il n’y avait pas de soleil sur la plage ou presque … vu qu’on a eux trois semaines très bizarres cette année.

    On bronze, mieux ici en Bretagne Sud, foi de TiteZa.

    Chi chi, c’est vrai !

    Regarde ce que l’on fait en ce moment sur ma plage.

    IMG-20130724-01582.jpg

    Ciel bluuuuuuuuuue !!!

    Sable chaud ….

    Eau bonne et tonifiante et moins gelée. Enfin bon ça dépend des jours.

    IMG-20130724-01583.jpg

    Je te laisse cher lecteur,  j’ai du boulot jusqu’à la semaine prochaine. 

    Deux annifs.

     Allez une petite dernière juste pour la beauté du couché de soleil et pour la forme, après toutes ces tortures, il vous faut bien un peu de réconfort.

    Pornichet-20130804-01647.jpg

    Je me posais la question :  ne me ferai-je point un petit tatouage sur ….. discret tu sais ????

    *La p%++¨*e de hyène en string = mon diablotin intérieur, ma conscience voir certains jours mon inconscience. Comme Jimmy le Criquet.

  • Juillet - Eté 2013,  PT - NOTRE PORTUGAL

    Le Douro et sa vallée

    Lamego-20130706-01536.jpg

    Le douro se jette à Porto dans l’Océan Atlantique et prend sa source dans les montagnes. On y navigue, on y cultive du raisin, des olives entre autres et on s’y baigne si si et dans quelques « rios » ou affluents. D’ailleurs, ces jours là c’était trop bon.
    Les températures frôlaient largement les 43 à 47°C ceci pour te mettre en bonnes conditions dès la sortie de l’avion et pendant trois jours d’excursions en famille. 

    Nous arrivâmes chez Mamie TT à Porto le vendredi 05 Juillet 2013 sous 38°C. 
    La baffe que nous nous prîmes à la sortie de l’avion quand le beau Stewart a ouvert la porte.
    Nous avions les semelles qui collaient au tarmac. 
    Dès le samedi matin, nous nous réveillâmes aux aurores.  Nous partîmes visiter la région les deux jours suivants et le petit village natal de Mamie TT (dite la Punaise), région du haut Douro où le Porto et les olives poussent sur pied sous un soleil de plomb accrochés sur les flancs du Douro. Une terre super fertile descendant des montagnes de la région Nord du Portugal.

    Nous montâmes jusqu’à 47°C à l’ombre. (Ah ben oui je radote mais bon faut le vivre pour le croire, enfin il faut le supporter. )
    Heureusement qu’le tonton avait la clim dans son minibus, la glacière bondée de boutanches d’eau minérale. Je te laisse imaginer la tronche que nous faisions sachant que la veille en France nous avions à peine 18°C.
    Nous avions les guiboles qui enflaient.

    Nous suâmes comme de grosses vaches espagnoles.

    Nous fûmes tous grillés par la chaleur et grandement « saisis » (comme une bonne picanha saisie au barbecue) par la beauté des lieux.

    La suite de la visite en vaut la peine et le détour. 

    Cette balade est à faire en voiture ou en bateau. Nous fîmes les deux à une semaine d’intervalle.

    Je te laisse contempler.

    Je te guiderai pour visiter le village de Mamie plus tard.

    J’aime bien te faire patienter et en attendant admire les lieux.

    Lamego-20130706-01537.jpg

    Tu sais quoi ? Entre les virages, les montées et descentes, et les balades sur l’eau .

    Prochaine fois, j’file visiter la Hollande, enfin un pays plat. 

    Et moi qui voulais investir dans une QUINTA ferme portugaise avec des pieds de vignes et oliviers … 

    En fait j’aime bien les déguster le cucu vissé dans un fauteuil et sur le plancher des vaches et taureaux. 

    C’est plus sûre et moins vertigineux.

    Mais quelle beauté cette région et quel beau panorama, isn’t it ?

    Bon dimanche !

    Beijos a tudos ! 😉

  • Juillet - Eté 2013

    Huileuse cette histoire !

    IMG-20130723-01563.jpg

    Petit souvenir du pays de Mamie TT, de son village natal où ses frères et sœurs sont nés et ont partagé de merveilleux moments par le passé

    Nous y sommes allés.

    C’était beau.

    Je te raconterai.

    C’est l’huile de « contrebande » de Mamie TT.

    L’huile vierge biologique de première pression. Un bijou.

    A ma maison, nous la dégustons en perfusion. Non je plaisante. Quoi que vu les quantités que nous consommons, je suis obligée de passer commande régulièrement pour des bonbonnes que l’on me livre à domicile. 😉

    Chut !!!!

    Oh ben dis donc j’ai omis le vin de Porto du même lieu et puis le jambon fumé, le Salpicon, le frometon, les olives, les lupins, HA HA … ballot !

    On a tout mangé.

    Belle soirée à tous ! 😉

  • Juillet - Eté 2013

    Porto.

    3373908.jpg

    Plage de Vila do Conde, Portugal.

    Demain, il fera 38°C sur Porto. 

    Va faire soif, très soif !

    A la sortie de l’avion, la claque que nous allons nous prendre. 

    44353_10200108855995419_1385282282_n.jpg

    Mamie TT, prépare les bacs à glaçons, on arrive !  

    Je vous envoie du soleil, de la chaleur …

    … et on vous embrasse. 

    Je vous laisse, nous avons un avion à prendre. 

    En attendant allez lire cette vidéo.

    Vous m’en donnerez des nouvelles. Lire ICI

    Allez, j’vous laisse, nous penserons bien à vous.

    De gros beijos sur vos deux joues.

    Biz et à très vite ! 😉 

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)