• Nos animaux.

    Un rhume.

    Tu savais que les chiens pouvaient se choper une rhinite ?

    Ben moi non plus, je ne pensais pas.

    C’est que nos amis, nos compagnons à quatre pattes sont fragiles à cette période de l’année eux aussi. 
    ​​​​​​​
    Sachez chers lecteurs et fidèles que l’autre matin, Sir Ernest de la Marguerite, allias Néness, n’était pas bien du tout. Ce matin là, je me levai avec mes deux yeux tout larmoyants et collés. J’eu du mal à les ouvrir.
    Mes nasaux furent tout bouchés et humides.
    J’éternuai à m’en décrocher mes deux couettes.

    J’étais MALADE comme un chien 

    Ha non, désolée, erreur dans la narration de notre histoire. C’est mon chien qui était très mal ce jour là. HA HA Je suis une coquine !
    Je corrige et redonne la parole à mon Cavalier King Charles, Sir Ernest de la Marguerite!

    Tu sais cher lecteur, Sir Ernest est un gentil chien. Et il va vous conter son histoire. Il va vous narrer comment en ce jour de novembre, il avait attrapé un rhume.



    Je suis un gentil chien âgé de trois ans.  Si si, demandez à mes maîtres, je suis toujours habité d’une éternelle joie, je suis rempli d’allégresse, de vivacité, et d’amour.

    Mais ce matin là, je rampai dans la cuisine et je me suis mis à éternuer six ou sept fois dont une fois sur les pieds de ma maman (j’ai pas fait exprès !!!).

    Maman me dit que cela m’ arrive quelques fois, surtout l’été si je joue avec mes copines les folles fourmis dans l’herbe.

    Mais ce jour là, mes nombreuses slaves d’éternuments s’étalèrent sur une longue journée.


    Je chauffai de la « carafe » comme disait ma Maman. 

    (C’est quoi une carafe ? )

    Moi j’ai la tête qui éclate et j’voudrais m’endormir sur le tapis.

    Je suis stone !

    Je dors  aux pieds sur les pieds de ma maman sous son bureau comme une marmotte.

    J’SUIS BALADE MôMAMANNNNNNNNNNNNN !!!!!! 

    Ça c’est une évidence, mon fiston, t’as VRAIMENT une sale tronche !

    Je décidai de l’emmener chez son docteur.

    J’appelai le vétérinaire pour prendre le rendez-vous et je tombai sur sa toute nouvelle jeune assistante au bigophone, je annonçai les symptômes :
    Nez bouché, éternuements à répétition, essuyage de la morve dégoulinant avec la langue, c’est hachement bon apparemment (de bon matin merci bien !) et flatulences nauséabondes. 

    T’es toujours là cher lecteur ?

    …. et je murmurai le sourire aux lèvres que je pensai que mon Néness attrapa « un rhume », ceci en me marrant légèrement. 

    CE N’EST PAS DROLE , mais ça c’était avant la consultation. 

    Durant la séance de tête à queue si si tu comprendras plus tard, la dame le regarda droit dans les yeux. Un instant je cru qu’elle m’annonçât que mon chien eut besoin de prothèses oculaires.  (Je l’ai vu pendant la consultation, l’ausculter de ce côté.)

    Bon plus de peur que de mal, non que nenni, nous n’avons rien de négatif de ce côté.

    OUF ! 

    Mais la toute jeune assistante et moi-même, nous nous amusâmes durant cette séance. Enfin façon de parler.

    Une rhinite chez un chien, chers lecteurs, vous saurez que c’est grave.
    SUPER GRAVE !

    ATTENDS, je crois que c’est la toute première fois que je fonce aussi vite chez le véto. (Ah oui non une fois aussi j’y suis aller en urgence c’était pour un chat mordu par une dite bestiole). 

    BREF !

    La fièvre, mais surtout l’inflammation évoluent vite, très vite.

    Apeurée, angoissée, anxieuse MAIS super Maman OURS est toujours réactive dans ces moments là. Souvent je déboule chez le docteur courant.

    Notre jeune patient de trois ans fut examiné par la toute nouvelle vétérinaire et associée de notre nouveau vétérinaire  (femme apparemment.)
    Elle prit le thermomètre et vérifiât la température rectale de MON bébé.

    A ce moment précis, je vis une grande détresse dans le regard de mon chien.

    Un moment de solitude.

    Ses yeux me fixèrent droit dans les miens avec une pointe de questionnement. 

    – Môm, TU TE RENDS COMPTE, elle est folle, ELLE introduit un corps étranger dans MON fondement arrière. Môm HELP !!!

    Le pauvre bébé se posât une centaine d’ interrogations et fut très inquiet vu la moue qu’il affichât.

    Je le réconfortai. Je le caressai avec amour en lui disant que ce n’était rien c’était pour son bien. Oui je sais, tout corps étranger subissant une pression de l’avant vers l’arrière n’est pas toujours bon pour toi mon enfant sache-le !

    – N’aie pas peur mon Néness, la dame ne te veut pas de mal, elle te prend UNIQUEMENT ta température rectale, crois-moi mon cœur,  tu sais tu chauffes drôlement de la tête mon amour !

    C’est que le pauvre chou dépassât les 40°C et plus. (la véto affolée, moi confiante comme toujours d’un sang froid prête à tout supporter ou à tomber dans sa salle d’auscultations yiiiiiiiii ça pue l’alcool chez vous non ?)

    En même temps, on a pas idée de jouer avec un thermomètre ! 

    KAYAFOLLE la véto. 

    Mais c’était un cas d’urgence …

    Ça chauffait sous les couettes !

    Une piquouse dans l’échine  remplie d’un savant cocktail de médicaments. 

    Des regards et des léchouilles qui en disaient long sur son angoisse chez mon beau poilu.

    La belle quant à elle était devenue pour mon Néness une vraie cinglée. 


    Pauvre bébé à sa maman, Lui faire cela à son insu. 

    Le traitement fit vite fait son petit effet.

    Mon bébé passe désormais son temps à roupiller sur son tapis « so chic » en panthère près de mon bureau et sur son fauteuil.

    Mon pauvre bébé !

    Bilan de la consultation chez not’ belle bête de véto à son pépère : une belle rhinite.

    Dix jours d’antibiotiques et d’anti-inflammatoire par voie ORALE à avaler cette fois. (Oui non, le pauvre chou n’a pas trop apprécié le coup de la voie rectale chez le véto. )


    WOUF !



     

  • Ma plage,  W - NOS BALADES, NOS WEEK-ENDS

    Balade sur le sable.

    Balade du dimanche matin. 

    La-Plaine-sur-Mer-20121202-00085.jpg

    Notre Ernest a repris des forces. 
    Sont traitement est fini depuis peu et il est guéri. 
    Alors ce matin-là, nous avons fait une très belle balade avec notre compagnon sur la plage. 
    Et puis une « belle » rencontre. 

    IMG-20121202-00077.jpg
    Nous le lâchons sans sa laisse pour la deuxième fois. 
    C’est certain, il reste à mes côtés. 
    Il ne vas pas trop loin. 
    Pour un deuxième essai, nous sommes satisfaits. 
    Je n’aime pas trop qu’il se balade détaché. 

    IMG-20121202-00078.jpg

    Et soudain une chienne court à vive allure aboyant sur les oiseaux de passage qui survolent l’océan. 
    Sa maîtresse, une gentille dame entame la conversation. 
    Nous avions Sir Ernest en laisse à ce moment là. 
    Elle nous encourage de le faire courir sur la plage. 
    Ce que nous fîmes. 
    Un peu frileux au début. 
    Mais notre ami et compagnon Néness allias Sir Ernest de la Marguerite apprécie de fouiner dans le sable. 
    Il ne s’éloignera pas. 
    Il court à mes côtés quand je me mets à courir. 
    Il se fatigue un peu car il reprend tout doucement son activité préférée la course. 
    Un peu comme nous.
    Nous l’avons toujours habitué à marcher au pied.

    Son maître veille à ce que son poilu à quat’pattes ne s’éloigne pas trop. 

    Pendant ce temps sa nouvelle copine court à triple allure de long en large sur toute la longue de la plage. 

    Une athlète, la fifille. 

    IMG-20121202-00080.jpg

    J’ai du mal à la photographier. 

    Tellement sa vélocité est élevée. 

    Je n’ai pas réussi à prendre leur rencontre à tous deux. 

    Trop rapide. 

    IMG-20121202-00081.jpg

    Notre Ernest de la Marguerite s’amuse bien. 

    Il est sage. 

    Il se retourne tous les dix mètres pour vérifier si je le suis bien. 

    IMG-20121202-00083.jpg

    Voilà la balade d’une heure trente est finie. 

    Bon WEEK-END !!

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)