V- DANS NOTRE SAC A VRAC ...

Les orphelines :)



Pornichet-20121113-00011.jpg

Tu connais ? 

Elles sont nées par deux. 

Elles vivent par deux. 

Transpirent et puent par deux

MAIS …

… quelques fois nos amies se séparent. 

DUR non, me direz-vous !

La singularité propre et unique d’une paire de chaussettes sortant de ma machine à laver ou de mon sèche-linge est de se désaffectionner. 

C’est comme ça !

Mes chaussettes se fuient. Elles s’aiment, se rejettent, se raccommodent, se trouent, meurent mais s’unissent et s’aiment à nouveau.

C’est un perpétuel recommencement.

Si !!!!

Mes chaussettes sont faites en temps normal pour vivre à deux, s’aimer d’un amour fusionnel.

Elles s’aiment toute leur vie. 

Pornichet-20121113-00008.jpg
Elles se doivent et se jurent fidélité devant l’éternel.

Mais voilà, mes chaussettes sont atteintes d’une maladie incurable.

Dans la vie de tous les jours, les choses ne sont pas comme on aimerait qu’elles soient. 

La vie est parfois une sale hyène. 

Cette « bitch » de vie est une traître. 

Voilà, ce que j’ai fait comme triste constat ce matin en pliant mon linge.  

Nos « cache-orteils » se séparent, se fuient, et meurent lâchement abandonnés par une de leur compagne. 

Triste sort.

Malheureux destin pour mes chaussettes.

Tu les achètes joyeusement en magasin.

Elles te sont pour la plus part du temps vendues par DEUX. 

Je les prends de toutes les couleurs. 

Je les affectionne tant.

Toujours par deux.

Deux comme les deux prunelles de tes yeux. 

Elles sont unies et jointes par un fil.

Elles sont baguées, mariées à vie devant l’infini.

C’est super énervant d’ailleurs de couper leurs attaches !!! 

Nos deux complices sont cousues, reliées entre elles avec amour et passion par deux par un lien de folie, un fil de coton ou une attache plastique.

Impossible de les désunir, c’est inscrit sur l’acte d’union.

Un « Toi et moi » liés à tout jamais devant le monde entier.

C’est ce que l’on te fait croire. 

GNIARK !

Elles sont unies pour « le meilleur » mais aussi et ça il faut que je te le confie, pour « le pire ».
Ah ben oui ça fait mal je t’avais prévenu.

Elles sont liées par un anneau, en papier épais, avec souvent de la publicité ou la marque, inscrite dessus, ceci afin que nos deux petites chenapans ne s’enfuient pas, face à cette  coquine infidélité qui les chatouille, courant de rayon en rayon, bien rangées dans les boutiques. 

Je n’ose te parler des millions de paires de chaussettes vendues sur les marchés. C’est …. c’est horrible. 

Elles devraient être bâillonnées.

Mes copines, les chaussettes, nos deux héroïnes, que j’ai affectueusement rebaptisé « Paulette et Henriette »,  « Jack et Ginie », « Citrouille et Brady » adorent, non raffolent se promener ensemble, les fils se touchant, s’emmêlant les mailles, se tenant par la pointe du pied, se taquinant du talon, se lovant dans un pur amour. 


Elles épousent par passion les orteils et pieds d’une seule et unique personne. 

C’est toute l’histoire de l’ humanité, ces paires de chaussettes.

Tout va pour le mieux dans cette belle histoire d’amour !

MAIS un jour, TADAM, le malheur arrive.

Notre couple adoré, nos « Paulette et Henriette » se jettent la tête la première dans le panier à linge. 

Là, les ennuis vont commencer. 

L’incident est inévitable.

Évidemment tu en auras eu quelques prémices si comme moi tu cours le matin à quatre pattes sous les lits à chercher une miraculée. 
QUE NENI ma fille, tu as toujours en place et sise une pauvre petite prétendante au célibat. 

La vie est dure pour les chaussettes. Pornichet-20121113-00006

De retour dans ma buanderie, je scrute le panier à linge. 

Enfin à la maison, nous avons tous un panier à linge personnel. 

Chacun le sien. 

Pas d’embrouille, pas de jalousie. 

On ne mélange pas les torchons et les serviettes !

Mais tu ne vas pas me croire, je remarque au-dessus du panier ma pauvre Paulette inanimée, seule. 

Henriette a quitté sa moitié.

Jack, dans un dernier, espoir gémit.

Citrouille pleure son Brady.

La loose, l’humiliation, la flétrissure.

Génie est humiliée en son fort intérieur qui d’ailleurs renifle un peu. 

Paulette est indignée et trouée. 
(y’en a qui ont les ongles crochus ..??)

Quel embarras dans mes bras, quand je ressors de la machine quelques minutes plus tard, des orphelines par paquets.

Ça crie de tous les côtés, les culottes pleurent, les chemises sont froissées, les pulls hurlent et font gémir leurs mailles.

C’est le désespoir qui règne.

 Pornichet-20121113-00007.jpg

Dans ce background ressemblant davantage à un énorme champ de bataille, c’est le chaos profond.

MAIS QUE FAIRE ????

Avez-vous une solution ?

Une tactique ?

Un mode d’emploi expliquant la non-désolidarisation de la paire de socquettes.

RIEN ?

NON, NON, Non non !!!!

Tu peux t’amuser à les coudre avant de les coller dans le panier, la machine, le sèche-linge. 

Bon courage !

Tu peux les rouler en boule par deux avant de les coller à laver comme me l’avait conseillé jadis mon beauf. Ah, ça marche bien, elles ne se désolidariseront point mais elles seront sales même avec de la lessive miracle.

Parle à ma main tiens  ! 

Le pire, c’est quand tu as comme moi une moitié qui achète ses paires de chaussettes par lots. Douze paires achetées, la treizième de perdue.

Même en achetant chez notre fournisseur officiel, toujours la même marque, toujours la bonne qualité, dans une couleur blanche ou noire, des courtes, des longues, des fines ou des épaisses bien en laine, les lots de chaussettes arrivent toujours à la maison par deux.

Elles vont dès lors commencer doucement leur désunion dans les tiroirs des commodes de  la famille entière.

C’est fourbe une commode. 

Personne n’y échappe.

L’idée des lots est pourrie.

L’idée d’acheter des paires de chaussettes par deux …

Bon.

J’ai lu, il paraît, mais je n’ose vous donner mon sentiment, j’ai ouïe dire que chez nos voisins les américains, de l’autre côté de mon océan Atlantique, ils vendaient les chaussettes par TROIS. 

MOUAH ! 

Laisse-moi me gausser, me fendre la pipe, me rouler par terre, m’étouffer avec une bobine de laine, me pendre avec mes chaussettes de ski, m’étrangler avec mes tout nouveaux bas de contention,   je ne vois pas ce qui va pouvoir changer dans la technique de la chaussette orpheline avec trois prétendantes à l’abandon.

Une paire ça va, mais trois chaussettes, c’est trois fois plus de chances de récupérer trois orphelines braillant dans le fin fond du panier à linge.

Pornichet-20121113-00012.jpg
J’ai beau me triturer les neurones, me masturber la matière grise, réfléchir à une stratégie, une tactique de bataille … j’essaye désespérément d’échafauder un plan Marshall de la chaussette, je vais t’avouer que rien ma sœur Anne, ne vient à l’horizon. 

J’ai beau me creuser, je n’ai qu’une vague idée qui me vient là subitement.

Je pense prochainement à me confectionner un « sac-à-orpheline » pour accueillir mes pauvres petites pensionnaires recluses. 

Je m’en vais expressément me coudre dans un joli tissu de mon choix, un magnifique sac que je m’empresserai de fermer avec un gros et très beau lien joli-joli et bien solide afin de lui ligaturer le col de son orifice afin que mes petites chéries et chères orphelines ne se sauvent pour une énième fois. 
Toute tentative d ‘évasion sera impossible.
Sous peine de finir ses jours avec la bouteille de Pliz.

Voilà, mes chaussettes « Paulette et Henriette », « Jack et Stallone », « Citrouille et Brady » te remercient vivement de l’intérêt que tu nous as accordé.

Et sache que si affinité, il y a, peut-être, qui sait, elles nous feront des petits. 

Je t’embrasse,



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.